31/10/2008

Handicap et emploi, le vote « en douce » du Parlement !

« Travaillez moins pour gagner moins, et exonérez les entreprises de leurs obligations ! »

Comment faire plaisir aux employeurs qui ne remplissent pas leur quota d’embauche de 6% de personnes en situation de handicap et, de ce fait, doivent payer des contributions à l’AGEFIPH ou au FIPHFP ?
En faisant passer une disposition sur ce sujet dans un projet de loi sans rapport aucun – le projet de loi sur le RSA -, « en douce » donc, et en procédure d’urgence donc non modifiable en 2de lecture ! Créant ainsi une nouvelle catégorie de travailleurs pauvres : les salariés handicapés à temps partiel…

C’est ce qui s’est passé fin septembre lorsqu’un amendement modifiant de façon significative un article du code du travail a été adopté, « en douce » et « en urgence », dans un projet de loi ne concernant pas le sujet !

Le contenu ? « Pour encourager l’embauche de travailleurs handicapés à temps partiel, le handicap nécessitant très souvent le recours à ce type de recrutement, le travail à temps partiel (article L. 3123-14 du code du travail) sera assimilé à un travail à temps plein. »

Cette disposition va faire remonter mathématiquement mais artificiellement, le taux d’emploi des personnes en situation de handicap. Et elle va à l’encontre de l’esprit de la loi « handicap » du 11 février 2005. Les entreprises pourront ainsi atteindre leur quota d’embauche par le biais d’emploi à temps partiel, sachant en outre que dans ce nouvel article de loi, la notion de temps partiel n’est pas définie ni limitée !

Les effets de cet amendement, liés à la réforme annoncée de l’allocation adulte handicapé (AAH) par Valérie Létard dans son dossier de presse du 26 septembre qui renforce et valorise l’accès ou le retour à l’emploi à temps partiel pour les personnes en situation de handicap bénéficiaires de l’AAH, vont installer une nouvelle catégorie de travailleurs pauvres !

Pour l’APF, cet amendement est inacceptable et le procédé honteux !
Gouvernement et Parlement remettent ainsi en cause leurs grandes déclarations sur la priorité de l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap, et sur le travail comme moyen d’améliorer le pouvoir d’achat !
Finalement le discours tenu aux personnes en situation de handicap se résume à : « Travaillez moins, pour gagner moins et exonérez les entreprises de leurs obligations ! »

Seul recours aujourd’hui : alerter la commission mixte paritaire qui se réunit mardi prochain 4 novembre pour examiner les articles problématiques du projet de loi…

23/10/2008

Projet de loi « Hôpital, santé, patients et territoires » :

Quelle place pour les personnes en situation de handicap ?

Alors que le projet de loi portant réforme de l’hôpital et diverses dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires est présenté aujourd’hui en conseil des Ministres, pour l’APF l’enjeu de cette loi est bien la place réservée aux personnes en situation de handicap au cœur des nouveaux dispositifs : quelle amélioration de l’accès aux soins ? Quel respect de leurs besoins ? Donc quelle participation des personnes ?
Ce projet de loi ne doit pas être une énième réforme de l’hôpital, réforme qui ne serait pensée qu’en termes de gestion et qui mettrait de côté les personnes et leur parcours tant dans le système de santé qu’en termes de participation sociale.

Malgré les maladresses du titre du projet de loi…
Deux questions se posent :
- Ce projet de loi est-il centré sur le « recours à l’hôpital », oubliant ainsi la nécessaire coopération entre tous les professionnels intervenant auprès des personnes en situation de handicap pour lesquelles le recours à l’hôpital n’est pas forcément premier ?
- Ce projet de loi s’adresse-t-il seulement à des « patients » ?
L’APF tient à souligner que l’hôpital n’est pas forcément le recours premier des personnes en situation de handicap, et qu’il serait plus juste de parler d’ « usagers » plutôt que de « patients ». En effet, la loi vise dans le même temps à donner compétence aux agences régionales de santé (ARS) sur l’ensemble des établissements et services du médico-social, des structures qui accompagnent les personnes et qui vont bien au-delà de la santé…

La loi doit permettre d’améliorer l’accès aux soins des personnes en situation de handicap
Les attentes des personnes en situation de handicap en matière d’amélioration d’accès aux soins sont nombreuses, la loi doit donc leur permettre de :
- bénéficier d’une meilleure prise en charge financière, notamment en matière de couvertures complémentaires ;
- pouvoir accéder – physiquement - à tous les lieux de santé d’ici 2015 ;
- avoir la garantie d’une réelle coordination entre les professionnels de santé de ville, de l’hôpital et du médico-social.

La loi doit aussi permettre le respect des besoins en accompagnement médico-social des personnes en situation de handicap
L’accompagnement médico-social a des spécificités : il ne vise pas seulement l’autonomie dans la santé, mais la participation sociale des personnes, l’autonomie et la citoyenneté sur le fondement des lois du 2 janvier 2002 et du 11 février 2005.
Afin d’assurer une réponse adaptée aux besoins des personnes, les agences régionales de santé devront demain prévoir :
- une bonne coordination entre tous les acteurs (région, conseils généraux, maisons départementales des personnes handicapées…) ;
- la garantie que l’offre en établissements et services part des besoins exprimés par les personnes plutôt que des financements disponibles (!), dans une logique ascendante et de proximité ;
- le maintien d’une consultation des acteurs locaux associatifs.
La loi doit affirmer la participation des personnes en situation de handicap comme actrices de leur santé et de leur participation pleine et entière à l’expression de leurs besoins d’accompagnement
La mise en œuvre de nouveaux dispositifs dans le champ sanitaire, social et médico-social ne peut se faire sans la participation des principaux intéressés, notamment les personnes en situation de handicap.
Aussi la loi doit :
- garantir la participation des personnes en situation de handicap dans les politiques de santé au sein des agences régionales de santé et des conférences régionales : le modèle inspiré par le conseil de la CNSA est l’exemple même qu’il est possible de rassembler tous les partenaires dans un mode de gouvernance rénové ;
- renforcer la participation des personnes en situation de handicap dans l’expression de leurs besoins d’aide à l’autonomie par le maintien d’une commission pérenne au sein de la conférence régionale de santé, la participation en amont des programmations financières aux schémas départementaux recueillant leurs besoins et en aval lors des appels à projets pour la création des établissements et services de demain.

15/10/2008

Handiguide 2008

Tami nous transmet des informations sur le "Handiguide 2008" :

Les guides spécifiques à destination des personnes handicapées commencent a trouver leur place au sein de la littérature traitant du tourisme.

Le HANDIGUIDE 2008 recense les hôtels accessibles aux personnes handicapées, âgées et à mobilité réduite.

610 hôtels ont été sélectionnés dans toute la France. Chaque hôtel fait l'objet d'une analyse sur une page complète. Font partie des critères analysés : l'accueil adapté, les équipements mais aussi le rapport qualité / prix.

Des pictogrammes spécifiques détaillent les installations.

Un élément intéressant, la liste complète des hôtels qui sont repris dans le guide est disponible sur le site Internet du Handiguide.

Celui-ci est vendu au prix de 19 Euros ( Prix octobre 2008 ) + 4,90 Euros de frais de port. La commande se fait en ligne à partir du site du HANDIGUIDE

http://www.handiguide.fr

17:39 Publié dans Livre | Commentaires (1) |  Facebook

13/10/2008

Café des aidants - Nanterre

Le Centre local d'information et de coordination gérontologique (CLIC) de Nanterre, propose toute une série de conférences-débats dans le cadre de son Café des aidants.
Les prochaines sessions (le samedi de 10h30 à 12h):
18 octobre : Etre aidant familial aujourd'hui. Quelle place? quelle implication?
22 novembre : Comment évaluer l'autonomie réelle de la personne aidée?
20 décembre : L'entrée de la personne aidée en institution.

A l'agora de Nanterre, Maison des initiatives citoyennes, 20, rue de Stalingrad 92000 NANTERRE

Renseignements : CLIC 01.41.91.10.30

APF 92 en action! - Vidéo de l'opération Accéder7exister

Pour retrouver le reportage de Rueil TV sur notre action Accéder7exister pour un transport sp1692686362.JPGécialisé dans le 92:
http://www.rueil-tv.com/web/c-1/v-210/acceder_c-est_exist...