18/10/2016

LA PSYCHO-SOCIO-ESTHETIQUE

         Jusqu’au 28 octobre, Nathalie, stagiaire en psycho-socio-esthétique rejoint la délégation pour nous proposer son aide à travers différents accompagnements personnalisés et ateliers.

Mais  qu’est-ce que le métier de psycho-socio-esthéticienne? Quels services propose-t-elle ?
                               psychosocioesthetique.jpg

Nathalie exerce une fonction d’accompagnement et d’aide à la personne par la mise en œuvre de conseils et techniques basées sur le travail corporel.

 

En utilisant les soins esthétiques et le toucher relationnel elle guide les gens vers un mieux-être, renforce leur estime-de-soi et lutte contre les pertes de confiance.

               

 Que propose Nathalie concrètement ?

              - Soins du visage

              - Soins des mains

              - Maquillage

              - Modelage du visage

              - Soins des pieds

              - Ateliers collectifs sur le bien être…

 

Parce qu’il est important de garder de l’intérêt pour son propre bien-être et la qualité de nos relations sociales, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec Nathalie qui fait le bien-être de nos adhérents depuis déjà plus d’une semaine !

23/07/2010

Colère par rapport à l’AAH : l’APF persiste et signe…dans Libération !

Dans une tribune de Jean-Marie Barbier publiée hier par Libération, l'APF explique en quoi le report de l'augmentation de l'AAH, mesure pour réduire le déficit, est totalement inacceptable.

Pour lire la tribune: http://www.liberation.fr/societe/0101648015-rigueur-la-preuve-par-les-handicapes

Annonce sur l’AAH : Ni Pauvre, Ni Soumis écrit au Président de la République

769999332.2.jpgSuite à l'annonce du 6 juillet, faite par voie de presse, que l'augmentation de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH) de 25 % sur 5 ans se ferait finalement sur 6 ans, NPNS écrit sa colère à Nicolas Sarkozy et lui demande de revenir sur cette annonce et de recevoir les associations !

Lettre au Président de la République: 2124553579.pdf

20/04/2010

Projet de réforme de l'Allocation aux adultes handicapés (AAH), 50% des personnes devraient y perdre!

 

PréseNi pauvre ni soumis 2 copie.jpgnté en urgence, un projet de décret vise à réformer l’allocation aux adultes handicapés sur deux points : la création d’une déclaration trimestrielle de ressources permettant de déterminer le montant de l’AAH et le cumul avec les revenus du travail. Malgré les améliorations des règles de cumul AAH et revenu d’activité, 50% des personnes concernées par la réforme (soit 40 000 personnes) vont perdre en moyenne 30 euros.

Elle sera mise en œuvre au 1er juin.

 

L’allocation aux adultes handicapés est versée par la CAF (ou la MSA) en fonction de la déclaration annuelle des ressources perçues deux ans avant remplie par son bénéficiaire. Afin de rendre le système plus réactif aux évolutions des ressources des bénéficiaires, le gouvernement envisage d’imposer à 80 000 bénéficiaires de l’AAH exerçant une activité professionnelle une déclaration trimestrielle –et non plus annuelle- des ressources (DTR).

 

Malgré les affirmations du gouvernement, l’APF, le CNPSAA et la FNATH estiment que cette réforme n’est pas applicable à compter du 1er juin, date d’entrée en vigueur prévue.

 

En effet, en cas de non retour de la DTR dans les délais l’allocataire verra le montant de sa prestation d’existence diviser par deux. Le versement sera par la suite purement et simplement suspendu. Un tel système, est inacceptable et conduira inéluctablement à la dégradation des conditions d’existence des personnes qui sont souvent dans l’incapacité de faire face à l’ensemble des démarches administratives auxquelles elles sont soumises pour faire valoir leur droit.

 

Le deuxième axe de la réforme consiste à faciliter le cumul entre l’AAH et les revenus du travail. Si l’APF, le CNPSAA et la FNATH partagent l’objectif de simplification, elles ne peuvent accepter que cette réforme conduise à diminuer le montant perçu par 50% des personnes concernées par la réforme. En effet, selon des projections réalisées par l’administration, 40 000 personnes devraient perdre en moyenne 30 euros.

 

L’APF, le CNPSSA et la FNATH demandent, notamment, au gouvernement de prendre en compte la situation sociale des personnes handicapées pour prendre en compte avec fluidité les changements de situation par un autre mode opératoire que l’application brutale d’une DTR et de neutraliser les effets négatifs sur un nombre important des bénéficiaires. Cette réforme présentée comme la résultante de la Conférence Nationale du Handicap ne peut avoir pour conséquence de réduire le droit des allocataires !

 

01/04/2010

Manifestation Ni pauvre, ni soumis" du 27 mars 2010

P1000981.JPGSamedi dernier notre mouvement "ni pauvre, ni soumis" a su se faire entendre et nous avons montré que nous étions plus que jamais mobilisés pour la mise en place d'un véritable revenu d'existence.

15 000 participants dans une vingtaine de villes! Une couverture médiatique nationale et régionale importante.(JT de TF1, France 2, France 3, LCI, I Télé, direct du journal de 13h de RTL, France Inter, France Info, presse quotidienne nationale et régionales, internet).                                                                                                                                     http://info.francetelevisions.fr/video-info/player_html/index-fr.php?id-video=F909E74D39E44FEC9053AD7D4F1CA3EE_cafe_pic_300320102302_F3&chaine=&id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_PARIS_ILE_DE_FRANCE&ids=&timecode=false&sequence=false#navVdoPlayer

Avec les témoignages des manifestants , nous avons rappelé au président de la République et à son gouvernement que cette question des ressources restait la principale revendication des personnes en situation de handicap et de leur famille. P1000995.JPGCe 27 mars, nous avons précisé qu'une telle réforme devait être articulée avec une politique solidaire de santé et d'aide à l'autonomie, en supprimant tout reste à charge. Nous attendons maintenant la réponse du président à notre courrier "ni pauvre, ni soumis", adressé la semaine dernière, relatif à nos revendications.

Nous avons , pour l'instant, reçu l'engagement d'un rendez-vous conjoint avec le sécrétariat d'état à la solidarité et le ministère de la santé pour aborder tous ces sujets. Enfin, nous allons solliciter un rendez vous avec Eric Woerth au titre de l'APF dans le cadre de sa prise de fonction publique: l'occasion de lui rappeler toutes nos préoccupations, dont celles concernant nos ressources.

Le 27 mars, le gouvernement nous a répondu qu'il poursuivrait l'augmentation de l'AAH. Une réforme doit également être prochainement présentée au CNPCPH.

Cette mobilP1000984.JPGisation a montré que nous sommes particulièrement vigilants sur la réforme de l'AAH et que nous exigeons la création d'un revenu d'existence.

Aujourd'hui, nous vous invitons à saisir toute opportunité pour poursuivre localement P1000990.JPGnotre mobilisation"ni pauvre, ni soumis"!